Et si votre enfant était surdoué ?

JE FAIS LE TEST

Enfants précoces : Quand la douance s’efface devant l’échec scolaire

Un article du site suisse sante-infos.ch nous alerte sur le cas de ces enfants surdoués qui demandent une attention particulière, et présentent un risque accru de décrochage scolaire, malgré des capacités hors normes.

L’auteur s’appuie sur l’exemple du petit Sacha, 10 ans aujourd’hui pour étayer son propos.

Enfant joyeux, curieux, émouvant et toujours actif, Sacha et sa famille ont fait face à un début de dépression lorsqu’il était âgé de 4 ans seulement. Pendant les week-ends, Sacha se conduisait comme un enfant épanoui et heureux.

Toujours partant pour les activités, plein d’humour et éveillé. Arrive alors le lundi matin. Sacha se sent moins en forme. Il communique peu. Se renferme. Ses parents le retrouvent le vendredi et comme chaque fin de semaine, Sacha est littéralement éteint. Cette situation dure depuis trop longtemps. Malgré une sollicitation auprès de l’école, le mal-être de Sacha n’est pas détecté.

Après un bilan psychologique en bonne et due forme, le verdict tombe : Sasha est un jeune surdoué. Il est maintenant intégré dans une structure adaptée à ses besoins. mais pour un petit Sacha détecté, combien d’enfants précoces laissés au bord de la route ? Combien de jeunes déprimés, en échec scolaire et incapables de se penser un avenir à la hauteur de leur potentiel, de leurs exigences ou de leurs rêves ?

[…] certains jeunes adolescents non dépistés se confrontent à une société qui les rejette. Résultats catastrophiques, comportements borderline, incompréhension des proches, manque de soutien, il existe trop souvent des cas d’exclusion.

Les jeunes adolescents se retrouvent au pied du mur, ils sont rejetés. Couper leur cerveau avec la drogue, l’alcool, les sports extrême ou une vie dangereuse est souvent synonyme d’échappatoire.

L’auteur conclut en insistant sur la nécessité de tenir compte des spécificités des enfants précoces dans leur éducation, à l’école évidemment mais également en famille, ce qui me semble primordial.

Lire l’article en entier sur Sante-info.ch

Laissez un commentaire